CARÊME

Le Carême est une période de jeûne et d’abstinence de quarante jours que le catholicisme a instituée au ive siècle en référence aux quarante jours de jeûne de Jésus-Christ dans le désert. Le jeûne est allégé les dimanches et le jour de l’Annonciation mais il n’est pas interrompu. Le Carême se termine par une période de jeûne et de célébrations plus intenses, la Semaine Sainte.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Semaine_sainte

La vie est belle!

Qu’est-ce que c’est ?

CHRIST ROI

 

«Il faut que Jésus règne sur nos volontés: nous devons observer les lois et les commandements de Dieu. Il faut qu’il règne sur nos cœurs: nous devons sacrifier nos affections naturelles et aimer Dieu par-dessus toutes choses et nous attacher à lui seul.» Pie XI

Un royaume avant tout spirituel

 Personne ne peut y entrer sans la foi et sans le baptême; mais le baptême, tout en étant un rite extérieur, figure et réalise une régénération intime.

Ce royaume s’oppose uniquement au royaume de Satan et à la puissance des ténèbres; à ses adeptes il demande non seulement de détacher leur cœur des richesses et des biens terrestres, de pratiquer la douceur et d’avoir faim et soif de la justice, mais encore de se renoncer eux-mêmes et de porter leur croix. C’est pour l’Église que le Christ, comme Rédempteur, a versé le prix de son sang; c’est pour expier nos péchés que, comme Prêtre, il s’est offert lui-même et s’offre perpétuellement comme victime: qui ne voit que sa charge royale doit revêtir le caractère spirituel et participer à la nature supraterrestre de cette double fonction?

D’autre part, ce serait une erreur grossière de refuser au Christ-Homme la souveraineté sur les choses temporelles, quelles qu’elles soient: il tient du Père sur les créatures un droit absolu, lui permettant de disposer à son gré de toutes ces créatures. Néanmoins, tant qu’il vécut sur terre, il s’est totalement abstenu d’exercer cette domination terrestre, il a dédaigné la possession et l’administration des choses humaines, abandonnant ce soin à leurs possesseurs.

Il n’existe de salut en aucun autre; aucun autre nom ici-bas n’a été donné aux hommes qu’il leur faille invoquer pour être sauvés (Actes, 3, 12).

Il faut donc qu’il règne sur nos intelligences. Il faut qu’il règne sur nos volontés. Il faut qu’il règne sur nos cœurs. Il faut qu’il règne sur nos corps et sur nos membres.

http://www.versdemain.org/articles/eglise-catholique-romaine/item/pourquoi-une-fete-du-christ-roi

Une étrange royauté

            Elle se démarque des modèles humains passés ou présents… D’ailleurs, Jésus n’a jamais revendiqué le titre de roi terrestre : « Ma royauté ne vient pas de ce monde ». Il est venu pour servir, non pour être servi. A Pilate qui le presse de questions, Jésus répond : « Tu l’as dit, je suis roi » en précisant naturellement de quelle manière, ce qui ne fait qu’accroître la perplexité du procurateur.

L’évangéliste Jean nous fait percevoir l’aspect paradoxal de cette royauté du Christ en présentant les événements de la Passion comme un cérémonial inédit d’investiture. Jésus est revêtu d’un manteau de pourpre ; il est couronné d’épines et assis sur une estrade. La croix est le lieu de l’élévation où Jésus « attire tous les hommes à lui » (Jean 12, 32).

Quelle tentation dangereuse pour l’Église de tous les temps de se compromettre avec le pouvoir politique pour mieux promouvoir le règne de la religion !

Un royaume de fils

            Le Royaume du Christ ne « vient pas de ce monde », mais il est au cœur de ce monde. C’est le Royaume de l’intériorité : « Le règne de Dieu est parmi vous » (Luc 17, 21). Ce Royaume n’est pas habité par des sujets, des soldats, des fonctionnaires et une cour, mais par des fils.

Les « fils du Royaume », ainsi que Jésus les nomme, sont ceux qui cherchent la vérité, ceux qui prennent son chemin, les bénis du Père proches de leurs frères. C’est un « royaume d’amour, de justice et de paix », comme le dit la préface eucharistique.

Le trésor du Royaume, ce sont les pauvres et les humbles ; ce sont tous les êtres humains pour lesquels le Christ Jésus est venu servir et donner sa vie.

https://croire.la-croix.com/Definitions/Fetes-religieuses/Annee-liturgique/Comprendre-la-fete-du-Christ-Roi

Fin de la retraite : « L’Esprit et l’֤Épouse disent ‘Viens !’ » Ap 22, 17

Du 4 au 10 novembre 2018 avec Abbé Nyombayire Faustin.

Le prédicateur a aidé les participants à tenir compte de l’arrivée du Seigneur au dernier jour et à se préparer à cet évènement. Notre vie c’est le temps de se préparer à l’accueil de l’Époux de l’homme, Jésus. Il viendra un jour inattendu. Pour avoir les lampes allumées ce jour-là, il faut prendre des décisions…

Il faut vivre. Vivre, c’est aimer. Aimer, c’est choisir. Choisir, c’est renoncer.

Retraite Ignacienne au Foyer de Charité de Remera-Ruhondo du 14 au 20 oct. 2018

Principe et fondement

« L’homme est créé pour louer, révérer et servir Dieu notre Seigneur et par là sauver son âme, et les autres choses sur la face de la terre sont créées pour l’homme, et pour l’aider dans la poursuite de la fin pour laquelle il est créé ».

Exercices spirituels par Ignace de Loyola.

Dans la retraite ignacienne le prédicateur est là pour guider et accompagner les retraitants, chacun fait son chemin et il est suivi personnellement.  Le but  de ses exercices est : « se vaincre soi-même et ordonner sa vie sans se décider par quelque attachement qui serait désordonné ».

 

La retraite sacerdotale, diocèse de Byumba

« Mes prêtres, mes prêtres,
Donne-moi tout pour eux,
Ma Mère et moi les aimons tant!
Offre-toi au Père avec Moi pour eux.
Donne-Moi tes souffrances, 
Donne-Moi ta solitude,
Donne-Moi tout et sans cesse,
Donne-moi tout pour eux!
Offre-toi au Père avec Moi pour eux. » Marthe Robin.

                                                             Le 7 octobre 2018, 54 prêtres du Diocèse de Byumba ont commencé leur retraite prêchée par Monseigneur Jean Claude Boulanger, évêque de Bayeux-Lisieux. Les membres de notre Foyer les portent dans la prière et l’offrande de leur travail.
Avec Marthe, prions pour qu’ils deviennent les disciples missionnaires du Seigneur dont le monde à tant besoin.

Les séminaristes du petit séminaire de Nkumba 2018


La joie partagée avec la Chorale Regina Pacis de l’archidiocèse de Kigali

Devenir un don total au Seigneur

Souffle de Dieu nous T’accueillons, viens purifier nos cœurs.

Bonne fête d’Ascension

Nous célébrons cette fête en joie avec nos retraitants qui viennent de terminer la retraite sur « Nyina wa Jambo »( Mère du Verbe).


L’une d’entre nous, qui fait ses études en Italie, a eu la chance de participer à la réunion pré-synodale  des jeunes avec le pape François (représentants de la « PROPAGANDA FIDE »). Elle nous transmet un petit résumé du message du pape.

L’Église a besoin de jeunes prophètes mais qui se confient aux anciens. Donc, il faut parler ouvertement (parler avec franchise et librement).

“Après cela je répandrai mon Esprit sur toute chair. Vos fils et vos filles prophétiseront, vos anciens auront des songes, vos jeunes gens, des visions.” (Joël 3,1).

Nous avons besoin de l’enthousiasme, d’oser, de s’engager sur de nouveaux chemins. Oser aller de l’avant, oser risquer ; si on ne prend pas des risques on devient un jeune vieux, ainsi vieux pour l’Église. Éviter la peur et la crainte pour aller à la périphérie de la vie. Le Pape invite les jeunes à se battre pour la dignité de la personne. Il encourage à se faire accompagner pour trouver la route. Il faut chercher la personne de confiance, âgée ou jeune mais sage.  Quand un jeune n’est pas capable de faire un discernement, sa vie devient coincée, ça empêche la liberté.

Pour avoir une bonne éducation, nous devons éduquer nos têtes (bien penser, savoir les choses, de la tête, apprendre à bien sentir), nos cœurs  (il faut bien éduquer nos sentiments) et nos mains (faire l’harmonie).

Pour les personnes consacrées (religieux et religieuses) le Saint Père a souligné quatre points comme quatre piliers pour vivre : la formation humaine, la formation intellectuelle, la formation communautaire et  la formation apostolique. Il demande aux personnes consacrées de se méfier de l’argent car le diable passe dans les poches, “mieux vaut souffrir de la faim que de s’attacher à l’argent”.

Voir le discours integral:

http://www.synod2018.va/content/synod2018/fr/le-pape-aux-jeunes/le-pape-parle-aux-jeunes/discours-du-pape-francois—reunion-pre-synodal-des-jeunes.html

JÉSUS EST RESSUSCITE! VRAIMENT RESSUSCITE!!!!

JEUDI SAINT

Commémorations de deux grands dons que Jésus a donné aux hommes à l’avant veille de sa mort.

« Le prêtre c’est la réalisation parfaite de l’amour de Jésus pour les âmes. » Marthe Robin

Chers prêtres, merci pour tous ce que vous faites dans votre ministère, afin de conduire tous les hommes vers le sauveur du monde. Merci pour votre coopération au grand et à l’unique sacerdoce du Christ.

   

« Il n’est point d’autre façon où notre Sauveur nous donne une plus éclatante preuve de son amour et de sa tendresse que dans le sacrement de l’Eucharistie, dans cet anéantissement de Lui-même pour se donner en nourriture à nos âmes. » Marthe Robin

Nous te rendons grâce Seigneur pour ta présence dans le Saint Sacrement de l’Eucharistie. Merci de demeurer parmi nous et en nous. Merci pour la guérison que tu opères en nous à travers ce sacrement.

Le 11 février:

LA MESSE D’ACTION DE GRÂCE avec les amis plus proches.

« Oui, le Seigneur veut un Foyer de Charité au Rwanda. Il faudra y prêcher une charité au-dessus de ce qui divise et qui sépare… » Marthe Robin au P. Guy Claessens

Bonne appétit.

La veille de notre jubilé d’or:

LA PRIÈRE DANS LA CHAPELLE DÉTRUITE PAR LE VENT. C’est la première chapelle du Foyer

Le 10 février:

ENTRÉE AU FOYER DE PÉTRONILLE et DIANE

 

Un vent violent a emporté le toit de notre chapelle de la Miséricorde Divine

Plus de peur que de mal : une bourrasque a emporté vers 16h ce samedi le toit de la chapelle de la Miséricorde Divine au Foyer de Charité de Remera-Ruhondo. Providentiellement, personne ne s’y trouvait (la veille à la même heure, elle était comble et la centaine d’enfants qui se trouvent habituellement à cet endroit le samedi à cette heure avaient une séance de cinéma dans une autre salle). Mais les dégâts sont considérables. Dimanche matin, la communauté a rendu grâce à Dieu d’avoir protégé les enfants qui se trouvent habituellement à cet endroit et à ce moment.

Session des jeunes pères et membres  d’Afrique de l’Est et du Lesotho

à Remera -Ruhondo du 7 au 20 janvier  2018

 

Le Foyer de Charité de Remera-Ruhondo a accueilli du 6 au 21 janvier 60 jeunes membres des dix Foyers de l’Afrique de l’Est et Lesotho pour un temps de formation .

Devenir libre pour mieux m’engager dans le charisme des Foyers de Charité

Devenir libre : Seul l’amour rend libre. Amour de Dieu, amour de soi, amour des autres.

« Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de tout ton esprit et de toute ta force, et ton prochain comme toi-même. » Marc 12,30

Pour devenir libre, il faut connaître, développer et soigner trois dimensions de l’homme :

Le corps

L’âme

L’intelligence et la volonté

« Allez à la conquête de votre liberté intérieure. La qualité de la présence à soi est la meilleure garantie de la présence aux autres. » Jeannine Guindon, fondatrice de l’Institut de Formation Humaine Intégrale de Montréal.

 

Samedi et dimanche du 13- 14 , nous avons eu la grâce de faire le pèlerinage à Kibeho pendant lequel le message de la Vierge Marie à Alphonsine  a retenti dans nos coeurs:  « Les hommes ne prient pas assez et parmi ceux qui prient, beaucoup ne prient pas comme il faut. » Demandons les uns pour les autres la grâce de prier comme il faut , dans la louange et la présentation humble et confiante de toute notre vie avec ses joies et ses peines au Seigneur, comme Anne au Temple (1 Samuel 1, 9-20).

La semaine suivante c’était sur le Module Santé, savoir vivre et la sexualité.

Pour devenir libre, il faut d’abord le décider : c’est une dynamique, un chemin, un engagement. Pour devenir libre, il faut se connaitre, il faut connaître ses besoins et savoir y répondre avec les moyens adéquats. Pour devenir libre il faut l’équilibre dans tout son corps.

Homélie de Mgr Vincent Harolimana

pour la solennité de Notre Dame de Kibeho

Foyer de Remera 28 novembre 2017

Chers frères et sœurs,

En cette solennité de Notre Dame de Kibeho, Mère du Verbe, la Parole de Dieu nous aide à comprendre la place de Marie dans le dessein de Dieu. En elle, le Verbe a pris chair.

En elle s’est accomplie la prophétie d’Isaïe : « Voici, la jeune femme est enceinte ; elle va enfanter un fils et on lui donnera le nom d’Emmanuel (Dieu avec nous) » (Is 7,14).

Le salut préparé dans l’Ancien Testament est accompli par Jésus qui inaugure l’ère messianique au moment voulu par Dieu, et Marie a joué un rôle décisif. Dans le mystère de l’Incarnation, Dieu a voulu prendre chair et il fallait un « oui » libre de l’une de ses créatures. Dieu n’agit pas contre notre liberté. Il attend ce « oui ». Saint Bernard de Clairvaux, dans une de ses homélies, a expliqué de façon dramatique ce moment décisif de l’histoire universelle, où le ciel, la terre et Dieu lui-même attendent ce que dira cette créature.

Le « oui » de Marie est donc la porte à travers laquelle Dieu a pu entrer dans le monde et se faire homme.

En répondant « Je suis la servante du Seigneur ; qu’il m’advienne selon ta parole », Marie participe réellement et profondément au mystère de l’Incarnation, au mystère de notre salut. L’Incarnation, le fait que le Fils de Dieu se fasse homme, était dès le début finalisé au don de soi, jusqu’à la croix, et Marie est au cœur de ce mystère.

Le « oui » de Marie est inconditionnel. Marie a été fidèle jusqu’à la croix. Saint Jean nous dit : « Près de la croix de Jésus se tenait sa Mère » (Jn 19,25).

Marie a joué un rôle important dans l’histoire de notre salut. Elle continue son rôle maternel. Entre 1981 et 1989, elle s’est manifestée à Kibeho et elle a dit qu’elle était la « Mère du Verbe ». Avocate et Médiatrice de la grâce, elle a appelé les hommes à la conversion. Je voudrais ici relater seulement les apparitions du 15 août 1982. C’était le jour de la solennité de l’Assomption, tout le monde s’attendait à ce que la Vierge Marie vienne souriante. À surprise générale, les voyantes l’ont vue triste, en larmes. Elle a montré l’enfer, la souffrance de nombreuses personnes qui se perdent.

Devant un monde qui dit « non » à l’amour de Dieu, la Vierge se manifeste pour aider ses enfants à prendre la voie du salut. Nous louons le Seigneur parce que notre Mère est apparue chez nous. Accueillons son message de conversion et son invitation à la prière.

Rendons grâce au Seigneur pour la sollicitude maternelle de notre Mère, qui ne se lasse pas de nous visiter, de nous consoler, de nous indiquer la voie du salut et de nous soutenir.

Ô Vierge Marie, Notre Dame de Kibeho, viens à notre secours et libère-nous des dangers qui nous menacent. Amen.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer